TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Usages - Actualités

Comment l'Internet mobile dans les pays émergents pourrait transformer les économies des pays développés

Lundi 30 août 2010 - Catégorie(s) : Usages.

Selon l’économiste en chef du « Cambridge Group », Bala Venkatesh, la différenciation entre les usages technologiques des pays développés et ceux des pays émergents pourrait remettre en cause les modèles économiques, mais aussi le marketing et la publicité liés aux communications mobiles. En effet, sous la poussée des pays émergents, les usages de l’internet et de la téléphonie mobile connaissent une importante redistribution, en particulier dans les pays dont les classes moyennes connaissent une forte progression, comme la Russie, l’Inde et la Chine.

La progression des usages de l’Internet dans les économies des pays développées a jusqu'ici suivi l’évolution des revenus. Ainsi, on estime à 20 000 $ le PIB par habitant nécessaire pour atteindre un seuil de pénétration de l'Internet de 50 %. Ce modèle de développement diffère sensiblement pour le mobile. En effet, la pénétration du mobile augmente toujours avec l’élévation du revenu mais beaucoup plus rapidement. Dans de nombreux pays, la pénétration du mobile dépasse les 50 % avec un PIB de 5 000 dollars par habitant. Le taux de pénétration dans les pays à revenus intermédiaires comme la Russie et l’Arabie Saoudite sont même supérieurs à ceux des États-Unis ou du Canada. Or le mobile apparaît désormais comme une alternative abordable pour accéder aux services de l’Internet. La grande majorité des économies du monde peut être qualifiée de « mobile dominante », par opposition au modèle dans lequel les communications mobiles et fixes sont équilibrées. Graduellement cette nouvelle forme de communication pourrait devenir un facteur de transformation pour l’économie globale des communications. L’étude du Cambridge Group prévoit que lors des cinq à dix prochaines années, le nombre des terminaux mobiles dépassera 140 pour 100 habitants et ce même dans les pays à très faible PIB. À ce stade l’écart de communications mobiles entre pays développés et pays émergents aura pratiquement disparu. Ainsi, pour Bala Venkatesh, nous commençons à assister à un modèle d’innovation inversé dans lequel les services, et en particulier les services financiers sur mobile, seront d’abord développés sur les marchés émergents et connaîtront dans un second temps une évolution sur les marchés des économies développées. (Going Global Means Going Mobile in Emerging Markets paru dans NielsenWire).