TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Santé - Actualités

De nouveaux capteurs médicaux intégrés ou connectés aux smartphones

Lundi 19 mars 2012 - Catégorie(s) : Santé.

Les smartphones intègrent déjà «nativement» de nombreux capteurs (gyroscopes, accéléromètres, capteurs GPS ou encore boussoles électroniques). Ces capteurs appartiennent à la catégorie des microsystèmes électromécaniques (MEMS) et ils sont déjà utilisés par de nombreuses applications dont celles des réseaux sociaux. Ces capteurs rendent possibles de nouveaux modes d’interaction avec l’environnement de l’utilisateur et leur nature pourrait évoluer à mesure que les smartphones seront utilisés en particulier dans le domaine médical.

En Europe, les fabricants de MEMS, comme le groupe franco-italien STMicroelectronics, travaillent désormais à concevoir de nouvelles générations de capteurs embarqués ou connectés capables d’enregistrer des paramètres biologiques (température ou échanges respiratoires à la surface de la peau). (Source: New York Times).

Les spécialistes du traitement fœtal de l’université de Californie à San Francisco avaient ainsi mis au point, il y a quelques mois, un dispositif de «diaphragme intelligent» capable de surveiller les grossesses à risques. En Grande-Bretagne, un projet de recherche vise à utiliser des terminaux mobiles pour diagnostiquer les maladies sexuellement transmissibles (MST). Le dispositif utilise une puce de la taille d’une clé USB capable d’analyser la salive ou l’urine. Une fois cette puce branchée à l’ordinateur ou à un smartphone, l’utilisateur pourrait en quelques minutes recevoir un diagnostic individuel et confidentiel.
 

En Asie, une équipe de scientifiques du KAIST (Korea Advanced Institute of Science and Technology), présente dans un article publié par la revue allemande Angewandte Chemie une utilisation nouvelle de l'écran tactile des smartphones, comme outil pour effectuer des analyses biomoléculaires. Des expériences auraient démontré que les écrans des smartphones qui fonctionnent sur la détection de charge électrique seraient capables de reconnaître la présence de certaines molécules et leur taux de concentration grâce à un simple toucher, avec une précision aussi bonne que lors de tests médicaux classiques. Il serait notamment possible de mesurer la présence de certaines protéines, par exemple celles utilisées pour diagnostiquer le cancer du foie (Source : Medical Daily).

Une équipe coréenne travaille actuellement à un film composé de matériaux réactifs permettant d'identifier des composants spécifiques et d'améliorer encore cette nouvelle technologie. Elle envisage également la création d'un module à connecter au téléphone afin d'analyser échantillons d'urine et autres prélèvements sanguins (Source : Ambassade de France en Corée/ADIT).

Aux États-Unis, le département de pharmacologie de la NorthEastern University (Boston) expérimente des nanocapteurs qui devraient permettre d’effectuer des tests sanguins sans prélèvements (taux de glycémie, de sodium, d’oxygène dans le sang). Ces capteurs détecteront des nanoparticules injectées dans la peau qui deviennent fluorescentes lorsqu’elles sont exposées à une molécule cible. Le smartphone est alors appliqué à même la peau pour analyser le niveau de fluorescence (Source : MobileHealthNews).

Des chercheurs de l’Université de Californie (UCLA) ont aussi récemment mis au point un capteur spécifiquement couplé au smartphone afin de déceler la présence de bactérie Escherichia coli dans l'eau et dans les aliments. Les chercheurs ont assemblé des tubes capillaires en verre munis d’anticorps spécifiques et des LED utilisées dans l’imagerie médicale. Une lentille glissée entre l’appareil photo et le tube transforme alors le smartphone en un microscope à fluorescence, capable de détecter la présence de la bactérie dans l'échantillon prélevé (Source : Université de Californie-UCLA).
 


Voir aussi :

Tendances clés pour applications et services de santé mobiles en 2012

Altimètres et capteurs biologiques dans les futurs smartphones

Détecter les maladies sexuellement transmissibles à partir de son mobile


Un suivi médical en temps réel grâce à des biosenseurs connectés au mobile

 

Mesure du rythme cardiaque et des signes vitaux sur mobile

Un service mobile de suivi de la tension artérielle


Dispositif mobile de diagnostic médical universel : les contours du concours X Prize se précisent


Un tatouage électronique pour mesurer l’activité du corps


Mobile et surveillance à distance des grossesses à risque


Un smartphone transformé en microscope pour analyser les cellules du sang