TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Accessibilité et handicap


Des objets connectés pour guider les malvoyants dans les villes

<p>Des objets connectés</p>
<p>pour guider les malvoyants</p>
<p>dans les villes</p>

Près de 300 millions de personnes dans le monde souffrent de déficiences visuelles et, comme le souligne The Economist, « les outils susceptibles de les aider à se déplacer ont peu évolué depuis les années 1920. Date à laquelle les cannes furent peintes en blanc pour permettre aux autres piétons de les remarquer ».

Alors qu’un grand nombre de projets dans le monde tirent parti des avancées récentes dans les technologies de réalité virtuelle et de reconnaissance d’images pour aider les personnes malvoyantes à percevoir des objets, les formes d’un visage, voire même des lettres et des mots. (voir dossier Lunettes connectées, réalité augmentée et « vision sonore ») pour les malvoyants ), d’autres projets s’orientent vers l’intégration de capteurs (détection de mouvement, sonar, infrarouges) dans des objets connectés pour permettre à ces personnes de se déplacer avec plus d’autonomie et une meilleure sécurité dans des environnements urbains.

Un dispositif basé sur la Kinect pour détecter les obstacles

Deux étudiants de l'Université de Pennsylvanie ont mis au point en 2011 un prototype de dispositif embarqué pour aider les non-voyants à se déplacer en les alertant à l'approche d'un obstacle. Kinecthesia tire parti des capacités du dispositif Kinect initialement conçu par Microsoft pour contrôler des jeux vidéo sans utiliser de manette. Le système associe une Kinect et six micromoteurs qui émettent des vibrations, le tout étant fixé à une ceinture. Lorsque la caméra intégrée à la Kinect détecte un objet, l’un des moteurs se met en marche. L’intensité des vibrations varie en fonction de la distance entre l’obstacle et l’utilisateur. Les moteurs, situés à droite, à gauche et au centre de la ceinture, indiquent où le porteur peut se diriger afin d’éviter les obstacles. Cette démarche pionnière a inspiré depuis plusieurs projets comme Now I See, en cours de développement par la startup canadienne VisuAid.

Une équipe de chercheurs espagnols annonçait en 2013 une canne intelligente équipée d’un microcontrôleur qui ajuste la distance des objets dans l'environnement de son propriétaire en fonction de ses caractéristiques physiques, sa vitesse de déplacement ou de la densité d’une foule. Lorsque la canne rencontre un obstacle, elle déclenche un mécanisme de vibration placé sur le poignet de l'usager pour le prévenir (Source : L’atelier).

Des chaussures intelligentes pour guider les malvoyants

 

Un ingénieur indien de 24 ans, a aussi annoncé en 2013, la mise au point d’une chaussure intelligente qui aiderait les malvoyants à se déplacer dans un environnement urbain. Ces chaussures se connectent via Bluetooth au GPS du téléphone mobile. Lorsque la personne malvoyante formule oralement sa destination, un circuit électronique situé dans la semelle émet des vibrations et lui indique s’il faut aller en avant, tourner ou aller en arrière. Les vibrations sont d'abord légères, puis s'intensifient quand l'utilisateur se rapproche du point où il doit tourner. Un sonar situé à l'avant de la chaussure détecte les obstacles jusqu'à 3 mètres et déclenche une vibration spécifique. L’application associée utilise des cartes OpenStreetMap. Le code informatique de ces chaussures intelligentes est librement accessible afin que d’autres développeurs puissent contribuer à l’amélioration des algorithmes.
 

Une canne dotée de capteurs infrarouges

5 étudiants issus de l’École Supérieure des Sciences et Technologies de l’Ingénieur de Nancy ont mis au point une canne connectée qui permet d’accéder à un certain nombre d’informations inaccessibles jusqu’alors sans l’aide d’une autre personne : savoir si un feu est rouge, ou vert pour traverser. Elle permettra également de se repérer en ville. À l’aide de capteurs infrarouges, Visio va permettre de sécuriser les déplacements des malvoyants en détectant les obstacles. Un petit boîtier diffuse un signal sonore ou une vibration à son utilisateur lorsqu’il se rapproche d’un obstacle (Source: Connected Objects).
 

Couplage de la canne blanche et du sonar

Plusieurs sociétés, en Corée du Sud, a Taïwan et en Grande-Bretagne ont aussi entrepris d’intégrer des sonars dans les cannes pour reproduire artificiellement une compétence utilisée par les chauves-souris ou les dauphins, l’écholocation (ou écholocalisation) et qui consiste à émettre des sons et à écouter leur écho pour localiser, et dans une moindre mesure identifier, les éléments d'un environnement. L’institut indien de technologie (India Institute of Technology) a entrepris de réduire drastiquement le coût de ce type de dispositifs en concevant un module bon marché (50 $) qui pourrait s’adapter aux cannes blanches existantes. Doté d’un sonar, le module détecte les obstacles sur une distance de 3 m et les signale en émettant des vibrations (Source : CNN

 

Voir aussi :

Dossier : lunettes connectées, réalité augmentée et « vision sonore » pour les malvoyants

Accessibilité des technologies mobiles pour les malvoyants : un bilan de l’année 2013

Une application collaborative pour interpréter les photos prises par les déficients visuels

Un système de « vision sonore » pour les aveugles de naissance

Une bague pour analyser et lire les textes à haute voix

Réalité augmentée « au bout des doigts » pour aider les non-voyants

Des chaussures intelligentes et connectées pour guider les malvoyants

Un dispositif de guidage mobile pour malvoyants basé sur la Kinect

Accessibilité pour les malvoyants des terminaux sous Android 4.0

Dossier : Évolution des mobiles : quelle accessibilité pour les malvoyants ?