TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Handicap - Actualités

Écriture et lecture en braille sur terminaux mobiles

Vendredi 24 février 2012 - Catégorie(s) : Handicap.

Lors d’un concours d’application organisé par l’Université Stanford, un étudiant avait entrepris de mettre au point une application reproduisant sur une tablette un clavier braille. L’écran tactile permet alors d'écrire lettres, nombres et symboles (Vidéo). L'application lit chaque lettre à voix haute pour confirmer une saisie correcte.  (Source : Université Stanford

Les chercheurs de l’Université Georgia Tech ont relevé le même défi, mais cette fois pour les smartphones. À l’aide d'une matrice de six points répartis en deux colonnes à l'écran, une personne aveugle peut composer n'importe quel caractère de l'alphabet braille. Un système audio énonce les lettres composées sur l’écran. Les premiers tests montrent que l'application permet de taper jusqu'à 32 mots à la minute avec une précision de 92%. BrailleTouch pourrait, à terme, s’adosser aux assistants vocaux intelligents (comme le système Siri sur iOS). (Source : Los Angeles Times). 


De leur côté, les chercheurs de l’Université de Caroline du Nord explorent une autre piste pour étendre les capacités d’affichage en braille sur terminaux mobiles. Le système envisagé devrait permettre d’afficher une page entière de caractères en braille, au lieu d’une seule ligne, comme c’est encore le cas aujourd’hui. Les systèmes actuels utilisent des céramiques piézo-électriques – qui se déforment lorsqu’ils sont soumis à un courant électrique. Des petits leviers soulèvent alors les points concernés dans chaque matrice de six points (2×3) qui constituent les caractères braille. Le prototype en cours de développement repose sur une technologie hydraulique : chaque cellule correspondant à un point est une cavité rectangulaire remplie de liquide, dont les parois sont faites de polymères électro-actifs qui, lorsqu’on leur applique une tension, déplacent le fluide vers l’avant (Source : Wired).
 

 

Voir aussi :

Évolution des mobiles : quelle accessibilité pour les malvoyants ?