TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Innovation


Les perspectives des réseaux sociaux géolocalisés

<p>Les perspectives</p>
<p>des réseaux sociaux</p>
<p>géolocalisés</p>

Près d’un tiers des utilisateurs de smartphones accèdent à des réseaux sociaux sur leur mobile. En un an, la fréquentation sur la version mobile de Facebook a doublé ce qui la place au premier rang mondial avec plus de 100 millions d’utilisateurs. Dans son sillage, de nouveaux réseaux sociaux ont fait leur apparition comme "Foursquare" ou "Plyce". Leur particularité est d'intégrer des fonctions de géolocalisation qui permettent aux usagers de savoir où se trouvent leurs amis et quels sont leurs lieux préférés. Fonctions qui pourraient se révèler utiles dans de nombreuses situations, à condition d’éviter les dérives d'une diffusion non maitrisée des données personnelles.

Un ancrage dans la réalité "physique"

Aujourd’hui, les utilisateurs connectés à un réseau social, sont identifiés mais pas toujours localisés et une des premières informations transmises sur Facebook est souvent liée au contexte de l’utilisateur (lieu et activité). Aussi, les propriétés de géolocalisation disponibles sur mobile ouvrent de nouvelles voies. Plyce s’articule avec Facebook pour lui ajouter de telles fonctions, tandis que Foursquare se présente sous la forme d’un jeu géolocalisé : ses membres sillonnent la ville en créant du contenu sur leurs lieux préférés. Ce jeu permet aux utilisateurs d’obtenir le titre de « maire » d’un endroit précis, en y retournant fréquemment ou en créant des contenus qui y font référence. Ainsi, pour les voyageurs, ces informations peuvent devenir autant de suggestions de sorties ou de découverte lors d’un voyage (Why Foursquare is the traveller's new best friend, Article paru dans The Guardian - 25 mai 2010).

La géolocalisation transforme même la nature les réseaux sociaux qui ne se fondent plus seulement sur les affinités sociales, mais aussi sur la pertinence géographique. La géolocalisation permet notamment aux réseaux sociaux de s’enraciner dans le monde réel en ouvrant de nouvelles voies de rencontres et d'appropriation de l’espace urbain ou touristique. Elle replace la proximité comme élément primordial de la démarche de socialisation.

Le fait de relier automatiquement les informations générées par les utilisateurs à un contexte permet d’associer à un lieu des informations utiles. Ces informations peuvent alors devenir accessibles via une interface géographique ou encore grâce à des technologies de réalité augmentée (cf. Dossier Innovation). C’est le principe du service japonais Sekai Camera qui permet aux utilisateurs de rajouter des informations visibles par tous les utilisateurs. 

Vers de nouveaux modèles économiques

Il existe aujourd'hui de nombreux sites et applications mobiles qui proposent des services basés sur la géolocalisation des utilisateurs tout en fonctionnant sur le principe de recommandation des lieux favoris : restaurants, lieux touristiques… Les contenus émanant de ces réseaux, marqués (ou « tagués ») géographiquement vont permettre la diffusion d’événements culturels, de promotions ou d’autres manifestations, et peuvent devenir autant d’affiches et de points de promotion dématérialisés. Certains proposent même des "coupons numériques" de réductions dans les magasins partenaires. Sur le même principe, les offres publicitaires géolocalisées permettraient aux fournisseurs de services sur mobile, d'adresser des messages publicitaires adaptés à la localisation et au contexte d’utilisation des usagers (Google Secures patent to use location data on ads Los Angeles Times - 3 mars 2010).

Moteur de rencontres

Les réseaux sociaux géolocalisés permettent aux utilisateurs de savoir où se trouvent leurs amis en temps réel ou de repérer par affinités des personnes à proximité afin d’entrer en contact. Véritable catalyseur de rencontres, le réseau Aka Aki a été l’un des premiers succès européens en matière de réseaux sociaux sur mobile. Créée à Berlin, cette application géolocalise ses membres et les affiche sur une carte, montrant leurs photos et profils pour faciliter les rencontres.

De nouvelles dynamiques locales

Deux services labellisés Proxima Mobile, Mobipouce et Entrepreneur, mettent en relation les acteurs de la ville autour de thématiques telles que l’emploi, les transports, les infrastructures, la culture, la vie associative et les loisirs. Les informations, contenus et avis émanant de la communauté des utilisateurs du réseau peuvent alors devenir des éléments utiles lors des déplacements des utilisateurs, construisant des réseaux de proximité.

Un gisement de nouveaux services

Le rapprochement entre réseaux sociaux et système de géolocalisation connaît ses premières applications et de nombreux développements sont envisagés :

  • Lors d’événements sportifs ou culturels, les utilisateurs pourront interagir avec les autres visiteurs et ainsi participer à la création de contenus (par exemple sous forme de commentaires sur un lieu ou à propos d'une œuvre). C’est l’un des prochains volets d’un autre service Proxima Mobile : Culture Clic.
  • Pour les automobilistes, les données émises automatiquement par les portables des conducteurs (vitesse moyenne, position) vont permettre d’obtenir une carte en temps réel de la fluidité du trafic dans leur ville. (Voir le service GPS « social » de la société Waze).
  • Des alertes géolocalisée peuvent être diffusées sur un zone précise, permettant aux personnes présentes à cet endroit d’obtenir de l’information de première nécessité de façon immédiate. Ce principe est celui qui est utilisé par l’application Proxima Mobile Alerte Enlèvement. Ce principe a aussi été utilisé récemment pour créer des applications liées à la cartographie de la marée noire en Louisiane.

Les nouveaux risques pour la vie privée

Ces services suscitent aussi de nouvelles questions sur la surveillance permanente à laquelle pourraient être soumis les utilisateurs. Savoir où sont ses amis à tout moment, surveiller ses enfants, connaître les déplacements d’un conjoint ou d’un collegue, pourrait aussi conduire à des détournements dont les conséquences personnelles et sociales sont encore difficiles à évaluer. À de nombreuses reprises, la CNIL (Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés) s’est préoccupée de la réutilisation à des fins marketing des données géolocalisées ainsi recueillies. Cela a été le cas pour le service Google Latitude pour lequel le consentement des abonnés à être géolocalisés doit être explicitement demandé (Contrôler Latitude CNIL - 11 juin 2009). L’un des points critiques est de permettre à tout usager de pouvoir désactiver ou suspendre le service à tout moment, et aussi de choisir de manière sélective les amis susceptibles d'y accéder ou non. Certaines applications sont déjà programmées pour désactiver automatiquement cette fonction ou pour envoyer des messages et signaux répétitifs rappelant à l’utilisateur que le système demeure activé.

Quelques réseaux sociaux géolocalisés sur mobiles :
Gowalla (Etats-Unis),
Dismoioù (France),
Foursquare (Etats-Unis),
Loopt (Etats-Unis),
Plyce (France),
MobiLuck (Etats-Unis),
Skout (Etats-Unis),
Checkin Mania (Etats-Unis),
Aka-Aki (Allemagne)