TwitterFil Twitter

Mobilisation de la communauté #OpenStreetMap pour cartographier les zones touchées par #Ebola
http://t.co/KLyvNm5d2g
#mSanté #OSM

120 entreprises françaises attendues au CES Las Vegas 2015
http://t.co/DZefGtWKdR
#IoT #mEconomie

Des applis mobiles au service de la lutte contre le virus #Ebola
http://t.co/3EjFmR644k
#mSanté #mGov

La nouvelles version de l’appli Strasmap est sur #ProximaMobile
http://t.co/nrOZoTOFi3
#OpenStreetMap #VieLocale

Le gouvernement US lance un concours d’innovations pour combattre Ebola
http://t.co/PsOMhaO42u
#mGov #mSanté #Challenge.gov

Vie locale


Les technologies mobiles au service du stationnement

<p> Les technologies mobiles</p>
<p> au service</p>
<p> du stationnement</p>


En France, 70 millions d'heures seraient perdues chaque année à la recherche d'une place de stationnement. Le surcroît de circulation urbaine engendré par les véhicules en recherche de stationnement se situerait en moyenne entre 5 et 10 % et atteindrait même 30 % dans certaines villes. Ce phénomène correspondrait à une « surdépense » d’environ 600 millions d'euros par an. De nombreux services issus des technologies mobiles sont désormais développés pour informer l'usager sur la disponibilité d'une place de stationnement en temps réel, le guider et lui apporter des services complémentaires comme le paiement de places de stationnement à distance.

Rendre visible l’offre «traditionnelle» de stationnement


Un premier type de service consiste à rendre visible l’offre existante : emplacement des zones de stationnement, des parkings et des tarifs. La connaissance de l’offre «théorique» de places de stationnement est d’une utilité limitée. Aussi gagne-t-elle à être complétée par des informations qualitatives ou des conseils, s'appuyant sur des données statistiques, comme les secteurs et les tranches horaires où le stationnement est saturé. Le service Parking handicap (labellisé Proxima Mobile), signale 50 000 emplacements de stationnement réservés aux personnes handicapées dans 481 villes de France. 

Le second type de service porte quant à lui sur l’offre de places de stationnement disponibles. La situation se pose, ici, en des termes différents pour les parkings, publics ou privés, et pour les places de stationnement sur la voirie. Les gestionnaires de parkings sont informés en temps réel le taux d’occupation de leur installation et, pour nombre d’entre eux, l’affichent à l'entrée même des infrastructures. Plusieurs sociétés recueillent ces données auprès des sociétés de parking et les agrègent au sein d’applications mobiles. Parmi elles, l’application Parking Dispo porte sur 1400 parkings en France, avec une signalétique en trois couleurs : disponible (vert), complets (orange) ou fermés (rouge). 

Informer en temps réel sur les places de stationnement en voirie


L’information en temps réel sur les places disponibles sur la voirie reste complexe. En effet, elle requiert la mise en place de réseaux de capteurs sans fil eux-mêmes reliés à des applications mobiles. Les capteurs permettent de déterminer si un emplacement est occupé ou non par un véhicule. Après centralisation, on obtient une vue d'ensemble de la disponibilité sur un quartier ou un îlot. L'information est déclinée sur des applications pour smartphones permettant à l'usager d'identifier la place de stationnement la plus proche. Trois startups françaises ont ainsi mis au point des technologies basées sur des capteurs présents sur la voie publique : Lyberta (Neurolyb), Smartgrains (Parksense) ou Parkeon (Citypal).

La ville de Nice expérimente aussi depuis quelques mois un système de stationnement intelligent basé sur des capteurs communicants implantés dans les trottoirs. Ces capteurs associés à des horodateurs de nouvelle génération permettent d'indiquer aux automobilistes, en temps réel, les places disponibles. Cette expérimentation devrait porter sur une centaine de places, avant d’être étendue à l'ensemble de la ville de Nice d'ici la fin du premier semestre 2014. Elle intègre des systèmes de paiement mobiles permettant notamment à l'automobiliste de se mettre en règle à distance à partir de son smartphone.

Aux États-Unis, San Francisco et Los Angeles ont été des villes pionnières dans ces domaines. La ville de San Francisco a déployé la solution de la société StreetSmart Technology sur 7,000 horodateurs. L’expérimentation est aussi financée à hauteur de 15 millions de dollars par des fonds fédéraux. L’autorité de transport de la ville a ainsi ouvert une API (interface de programmation) qui permet aux développeurs de récupérer gratuitement les flux de données concernant les disponibilités et les variations de tarifs. La ville de Los Angeles, pour sa part, a équipé 6000 places de stationnement de capteurs fournis par la société StreetLine. Cette société partage les données des capteurs avec la ville, et quand une voiture dépasse un délai de 120 minutes, un agent est envoyé vers cette place de parking, ce qui économise considérablement les ressources de la ville qui n’ont plus besoin de patrouiller dans les rues.

Le New York Times, mentionne, à l’occasion de ces deux expérimentations, l’existence d’une « courbe d’apprentissage du stationnement intelligent » pour les conducteurs mais aussi pour les autorités locales.

La centralisation des données recueillies par les capteurs permet en effet d’envisager une tarification dynamique du stationnement, le prix de l’heure augmentant ou diminuant en fonction de la demande. La société Streetline vient ainsi de conclure un accord avec l’équipementier Cisco pour étendre son réseau opérationnel en exploitant ses points d’accès Wi-Fi. Cette expérimentation a reçu 25 millions de dollars de la banque Citi pour déployer sa technologie dans d’autres villes américaines.

L’essor du stationnement communautaire

En facilitant la saisie et le partage d'informations par les conducteurs, les smartphones permettent d’explorer d’autres modalités de stationnement dites « communautaire ». La société française Apila  a ainsi mis au point une application qui permet aux automobilistes de signaler une place de stationnement libérée par un autre membre de la communauté. Pour être en mesure de recevoir l’information, l’automobiliste doit se trouver à moins de 500 m de la place qui se libère. À chaque demande, une requête est envoyée au membre encore stationné. S'il accepte, il s'engage à attendre l'automobiliste jusqu'à son arrivée et ainsi lui libérer la place. L’application Apila établit un itinéraire qui conduit l'automobiliste jusqu'à sa place de stationnement. Cette application fait désormais partie du bouquet d’applications mobiles proposé par Renault sur sa tablette connectée R-Link, qui équipera les futurs modèles du constructeur. 

C’est une démarche de même nature qui sous-tend l’application PlaceLib : l’automobiliste qui s’apprête à quitter sa place l’indique quelques minutes avant son départ pour la mettre à disposition d’autres automobilistes ayant installé l’application et se trouvant à proximité. Un algorithme permet alors de croiser l’offre et la demande pour délivrer aux uns et aux autres les solutions les plus pertinentes en temps réel. Fin juillet 2012, le service comptait fin décembre 2012, plus de 10 000 utilisateurs, principalement basés à Paris. Ses concepteurs estiment qu'un quartier ou une commune a besoin de compter environ 1 000 membres pour que les échanges de places soient fluides et réguliers.


Paiement sans contact


Plusieurs villes américaines ont transformé leurs parcmètres pour rendre possible le paiement à distance des frais de stationnement. Le système nécessite de remplir un formulaire en ligne et de télécharger l’application dédiée. L’automobiliste relève le numéro du parcmètre pour effectuer le paiement. Une alarme retentit lorsque la réserve de crédit atteint un seuil critique (Source : ITespresso). 

À San Francisco, l’autorité des transports a aussi mis en place des étiquettes NFC sur 30 800 places de stationnement de la ville : ces étiquettes permettront aux automobilistes de payer leur stationnement en approchant leur téléphone (doté de puce NFC) de l’étiquette pour lancer automatiquement l'application de stationnement. Le système de paiement mobile reconnaît l'utilisateur et identifie l'emplacement de stationnement : le conducteur peut alors choisir le temps de stationnement souhaité pour effectuer la transaction. Le système envoie alors un rappel par SMS avant la fin de la durée de stationnement, et permet de prolonger à distance, le temps de stationnement. La ville de San Francisco avait retenu la technologie PayBYPhone pour le paiement des places de stationnement (Source : Traffic Technology). 

En France, un système de même nature a été mis en place par la ville d’Issy-les-Moulineaux. La technologie retenue, «Pay by Phone», autorise le paiement à la durée exacte. L’automobiliste peut mettre fin à un stationnement en cours et se faire rembourser le trop-perçu. Il est aussi prévenu par une alerte SMS de la fin de sa période de stationnement et peut la prolonger directement à distance. Un an après son lancement, ce système comptait 1 100 usagers réguliers (Source : Parole d’élus). La ville de Metz a pour sa part, a opté en 2010, pour le système SmartParking, développé par la société allemande Mobile City. Ce système est déjà mis en place dans une quarantaine de villes, dont Berlin et Sarrebruck. SmartParking permet à l’utilisateur de démarrer et de mettre fin à ses stationnements (source Ville de Metz). Les villes de Genève et de Cannes testent la nouvelle génération d’horodateurs connectés, Citypal, mis au point par la société française Parkeon, qui permet de payer le droit de stationnement via un téléphone mobile équipé d’une puce NFC. La ville de Strasbourg, de son côté, a équipé tous les horodateurs de la ville d’antennes sans contact (NFC).

Fédérer et ouvrir les diverses sources d'information


Comme le note un rapport du CERTU (Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques), le déploiement de ces systèmes relève encore pour beaucoup de la recherche et développement. Ses auteurs estiment que les villes, en tant qu'autorités organisatrices de transports, "semblent les mieux placées pour étudier et mettre en œuvre des systèmes donnant une vision d'ensemble de l'offre de stationnement sur le territoire, cohérente avec l'information déplacements". Investir dans le stationnement intelligent pourrait devenir rentable dans les centres-villes, notamment lorsque les services mis en place permettent d'éviter ou de différer des investissements d'infrastructure. Ses auteurs notent, à l’inverse, que certaines équipes municipales craignent qu'une gestion du stationnement plus efficace ne favorise l'usage des véhicules personnels alors même qu'elles s'attachent, dans le même temps, à réduire cette présence.

Pour favoriser le développement de nouveaux services, le CERTU recommande de « rendre les données accessibles : envisager une libre diffusion de ces informations (open data) afin de favoriser leur réutilisation dans divers services et applications, ou au moins diffuser les données aux opérateurs existants » collectivités disposent d’un levier : l’ouverture des données qu’elles détiennent. En libérant plusieurs jeux de données relatifs aux parkings et parc-relais de la ville, la Ville de Nantes a rendu possible la réalisation des applications : MobiParking (Ippon Technologies), qui utilise les cartes OpenStreetMap et StatioPhone (Webelis), dotée d’un guidage vocal. Le CERTU signale, cependant, l'absence de normalisation. Alors que le stationnement concerne généralement plusieurs gestionnaires de services (voirie, parkings publics et privés, parc-relais), il manque une description unifiée et standardisée de l'offre de stationnement pour fédérer ces diverses sources d'information.

 

Voir aussi :

Le stationnement intelligent : Panorama des services d'information à l'usager (CERTU)

Échange de places de stationnement sur mobile

Recherche et échange de places de stationnement sur mobile

NFC et paiement de stationnement sur mobile à San Francisco

Échange de places de stationnement sur mobile

La ville de Nice expérimente le stationnement intelligent

Paiement sur mobile et alerte SMS pour le stationnement automobile

Gestion dynamique des places de stationnement

Trouver et régler sa place de stationnement sur mobile : Toulouse, Issy les Moulineaux, Nice…

Dossier : le mobile au cœur des innovations dans les transports