TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Santé - Actualités

Mobilisation de la communauté OpenStreetMap pour cartographier les zones touchées par Ebola

Jeudi 30 octobre 2014 - Catégorie(s) : Santé.


La réponse aux situations d’urgence requiert le plus souvent une cartographie détaillée du terrain : pour localiser les victimes et les ressources disponibles, organiser les secours et leur acheminement. Lors de plusieurs situations de crises humanitaires (Haïti, Congo, Mali, Syrie), l’Office des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (UNOCHA) et les ONG humanitaires ont fait appel à la communauté OpenStreetMap pour établir une cartographie de base et compléter la couverture cartographique de certaines zones touchées, en y localisant notamment les établissements de santé, les écoles ou encore les points d'eau. http://openstreetmap.fr/2013-02-activation-hot

La disponibilité de cartes détaillées est tout aussi cruciale pour la gestion des épidémies :
• Pour la logistique et la coordination des opérations : pour acheminer médecins et matériels, il est indispensable de connaître le terrain, les différentes routes, ainsi que leurs caractéristiques : le chemin est-il pavé ? en terre ? accidenté ? etc.
• Pour le contrôle de l’épidémie elle-même : Ebola se transmettant par contact, il importe de retracer sur la carte le parcours des personnes infectées afin de retrouver les populations avec lesquelles elles ont pu être en contact. L’existence de cartes est d’autant plus critique que plusieurs villages portent parfois le même nom. En Guinée, on dénombre ainsi 14 villages répondant au nom de « Bendou » au sein d’une même préfecture.

1700 contributeurs bénévoles pour localiser et documenter les routes, bâtiments et voies d’eau

Quand un premier foyer Ebola est apparu en Guinée en mars 2014, les équipes de Médecins Sans Frontières (MSF) et de la Croix Rouge se rendant compte qu’elles manquaient de données détaillées pour localiser sur la carte les différents cas (suspectés, décédés, atteints…) ont sollicité CartONG pour réunir des images satellites et dresser des cartes détaillées. Fondée en 2006, CartONG est une ONG basée à Chambéry spécialisée dans l'utilisation des SIG (Systèmes d'Information Géographiques) pour l'aide humanitaire d'urgence. CartONG et MSF avaient déjà collaboré pour la fourniture de cartes d'urgence lors du Typhon Hayan sur les Philippines, puis pour le Soudan du Sud et la République Centrafricaine.

Après avoir obtenu des images satellites auprès d’Airbus Space & Defense, MSF et CartONG ont fait appel à OpenstreetMap pour convertir les images satellites en cartes opérationnelles.  OpenstreetMap avait mis en place, lors de crises antérieures, un dispositif, HOT (Humanitarian OpenStreetMap Team) pour faire face aux demandes des ONG. HOT est un gestionnaire de tâches qui permet de distribuer les tâches à des centaines de contributeurs, d'assurer le suivi et de valider le travail effectué.

C’est ce dispositif HOT qui a été réactivé, en mars 2014. La coordination était réalisée à l'aide d’une page wiki. Fin mars 2014, trois villes de Guinée avaient ainsi été rapidement cartographiées. L’effort a ensuite été étendu à la couverture de plusieurs zones en Sierra Leone et au Liberia : un territoire de 24 050 km2.

Depuis le début de l’épidémie, près de 1700 “mappeurs” (contributeurs bénévoles) dans le monde ont contribué à la numérisation en identifiant sur la carte à partir d’images aériennes neuf millions « d’objets » (maisons, routes, dispensaires, hôpitaux), dont 750 000 bâtiments. Ils ont documenté 63 000 km de routes et 15 000 km de voies d’eau (Source : Humanitarian OpenStreetMap Team).


La contribution d’Airbus DS a la cartographie de crise

Airbus Defense & Space (Airbus DS) avait, dans un premier temps, vendu à CartONG des images satellite Pléiades pour permettre le relevé des routes et l’habitat en Guinée. Airbus DS a depuis intensifié son aide en offrant à l’équipe HOT d’OpenStreetMap des images Pleiades (pour le Liberia) et des images SPOT 6 couvrant 14 000 km² du sud de la Guinée (Source : Airbus).

Émergence de communautés OpenStreetMap en Afrique de l’Ouest

Le projet OpenStreetMap (OSM) compte désormais plus d’1,8 million de contributeurs dans le monde, majoritairement présents dans les pays développés.

L’épidémie Ebola a convaincu un certain nombre de « mappeurs » africains et de militants du logiciel libre de s’organiser localement pour contribuer aux opérations de Humanitarian OpenStreetMap Team.

Plusieurs « cartoparties » (« mapathons ») ont ainsi été organisées les 18 et 19 octobre 2014 à Abidjan, en Côte d’Ivoire, à Niamey au Niger, à Lomé au Togo, à Bobo-Dioulasso et à Ouagadougou au Burkina-Faso, à Saint-Louis et à Dakar au Sénégal. Ces mapathons visaient à former les participants aux méthodes de cartographie sous OSM : les bénéficiaires de la formation apprenaient à combiner des données extraites de la base OSM et celles des principales plateformes humanitaires de partage de données géographiques. Cette « nuit du mapping » avait été préparée par le collectif Espace OSM Francophone (EOF). 

Le projet Espace OSM Francophone (EOF) vise le développement local et autonome du projet OpenStreetMap dans les pays francophones du Sud. Soutenu par la Direction de la Francophonie Numérique (DFN) de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), il associe formation des » mappeurs » et conduite de projets concrets de cartographie. Il se propose de « constituer un modèle réplicable d’appui ou de création de communautés OSM locales et autonomes dans les pays francophones du Sud » (Source : Espace OSM Francophone).


Voir aussi :

La montée en puissance des cartes OpenStreetMap sur mobile

Tremblement de terre en Haïti : retour sur l’usage du « crowdsourcing mobile» lors des secours

Des applications mobiles au service de la lutte contre le virus Ebola

Le gouvernement américain lance un concours d’innovation pour combattre l’épidémie Ebola

Équipement mobile des personnels de santé pour tracer l’épidémie Ebola

Technologies mobiles et Big Data au service de la lutte contre l’épidémie Ebola

Dossier : mobiles et Big Data au service de la lutte contre le paludisme