TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Usages - Actualités

Les enjeux technologiques du multilinguisme sur les mobiles

Jeudi 15 mars 2012 - Catégorie(s) : Usages.

La plupart des applications mobiles sont conçues pour des publics nationaux ou locaux : un effort de traduction peut cependant se justifier pour certaines d’entre elles, notamment celles qui peuvent être utiles aux touristes. La prise en compte de la diversité des langues concerne en premier lieu les acteurs «globaux» (grandes marques, institutions et ONG internationales) qui s’adressent à un public mondial. Cet effort de prise en compte des langues concerne aussi les pays où coexistent plusieurs langues.
Les éditeurs de systèmes d’exploitation mobiles ont été les premiers acteurs impliqués dans le multilinguisme. Symbian (Nokia) a ainsi «localisé» ses menus et interfaces dans 45 langues, Android en 40 langues, iOS (Apple) pour 34, Blackberry pour 33 et Windows Phone pour 24 langues (Source : Moravia).

Le cabinet Moravia, spécialisé dans la traduction de services numériques, évoque les différentes contraintes que doivent gérer et anticiper les développeurs lorsqu’ils entreprennent de traduire ou de «localiser» une application mobile (variabilité des formats de date et d’heure, unités monétaires, symboles des poids et mesures, éléments spécifiques liés à la grammaire et à la ponctuation). L’écran de petite taille du mobile impose des contraintes qui pèsent davantage sur certaines langues : ainsi, la traduction d’un texte de l'anglais vers l'allemand augmente de 50% le nombre de caractères. L’affichage d’un texte sur l’écran varie aussi selon qu’une langue se lit de gauche à droite ou de droite à gauche. (Source : Moravia)
 

John Yunker, éditeur d’un rapport annuel sur la mondialisation du web (Web Globalization Report Card) évoque les problématiques de «négociation de langue» dans les services mobiles. C’est le processus par lequel un navigateur (web ou mobile) détecte la préférence linguistique paramétrée par son utilisateur) afin d’afficher des réponses ou des résultats dans la langue sélectionnée, lorsque celle-ci est disponible. Il compare, dans une vidéo 
les efforts entrepris par quatre grandes sociétés en matière de «négociation de langue» (Source : GlobalByDesign).
 

John Yunker a entrepris de comparer « l’expérience linguistique » dans l’univers du Web et dans celui du mobile. Selon lui, les grandes entreprises ne consacrent pas encore des efforts comparables entre leurs sites web et leurs applications mobiles. Ainsi, la plupart des grandes marques rendent leurs sites accessibles dans 20 langues, tandis que leurs applications mobiles ne sont accessibles que dans 10 langues (Source : GlobalByDesign).

Dans la perspective de la généralisation du langage HTML5 sur les terminaux mobiles, le World Wide Web Consortium (W3C), l’organisme de standardisation du web, a mis en place un groupe de travail pour élaborer des méthodes normalisées pour la traduction ainsi que pour l’adaptation des contenus aux exigences linguistiques locales. Le MultilingualWeb–LT (Language Technology) Working Group se propose en particulier d’élaborer des recommandations relatives aux métadonnées multilingues. Il est à noter que ce groupe de travail, comme le projet MultilingualWeb, sont soutenus par l'Union européenne. (Source : W3C


Voir aussi :

HTML5 le nouveau langage de l’Internet mobile
Les avancées de la traduction instantanée sur mobile
Traduction sur mobile à la volée
Traduction instantanée en réalité augmentée sur mobile