TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Technologie et Innovations - Actualités

Protection des consommateurs européens contre les achats «surnuméraires» dans les jeux sur mobiles

Mardi 19 août 2014 - Catégorie(s) : Technologie et Innovations.


Faute d’une réglementation définie, de nombreux contenus et services – tout particulièrement les jeux – sont présentés comme « gratuits » alors que certaines fonctionnalités ne sont accessibles que via un paiement. Adopté par un nombre croissant d’éditeurs, le modèle économique « freemium » pourrait en effet concentrer plus de trois quarts des revenus du secteur à l’horizon 2018.

À la suite d’une série de plaintes concernant des achats d’applications intégrées dans des jeux en ligne, et notamment des achats effectués par inadvertance par des enfants, la Commission européenne avait à la fin 2013 demandé aux principales boutiques d’applications mobiles (Appstore et GooglePlay) de prendre des mesures pour protéger les consommateurs.

Afin d’encadrer le développement du modèle « freemium », la Commission européenne et les autorités nationales de protection des consommateurs avaient demandé à Apple, à Google et à la Fédération européenne des logiciels de loisirs en décembre 2013, que :

  • « les jeux annoncés comme « gratuits » n’induisent pas le consommateur en erreur quant aux coûts réels impliqués ;
  • les jeux n’encouragent pas directement les enfants à acheter des applications intégrées dans un jeu ou ne persuadent pas un adulte d’en acheter pour eux ;
  • les consommateurs soient dûment informés des modalités de paiement et les achats ne soient pas débités au travers de paramètres par défaut sans le consentement exprès des consommateurs ;
  • les sites de vente indiquent une adresse de courriel pour que les consommateurs puissent les contacter s’ils veulent poser une question ou se plaindre ».

Donnant suite aux demandes de la Commission, la société Google s’est engagée a ne plus utiliser plus le mot « gratuit » lorsque les jeux intègrent des achats d’applications. Google élaborera des lignes directrices ciblées pour les créateurs d’applications et adoptera un calendrier de mesures visant à contrôler les cas apparents de violation du droit européen de la consommation. Google a également adapté ses paramètres par défaut, de sorte que les paiements soient autorisés avant chaque achat d’application intégrée dans un jeu, sauf si le consommateur choisit de modifier ces paramètres (Source : Itespresso).


La société Apple, pour sa part, n’a pris aucun engagement. Apple met en avant les possibilités de contrôle parental présentes dans les réglages d’iOS ainsi que la possibilité de désactiver les achats intégrés aux applications (Source : Commission Européenne). Afin de justifier sa position, la société Apple a publié un communiqué dans lequel elle explique que l'économie des applications mobiles qu'elle a générée a permis de créer ou de maintenir 629 000 emplois ces dernières années dans l'Europe des 28, soit près de 50 % de tous les emplois directs et indirects de l'économie des applications en Europe. Apple s’appuie sur les travaux du cabinet d'analyse VisionMobile (Source : Apple).

Les autorités américaines de protection des consommateurs s’efforcent, elles aussi, de réguler ces pratiques, illustrées par la somme de 2600 dollars qu’une petite fille avaiy dépensé via l’application Tap Pet Hotel. 

 

Voir aussi :

Débats et initiatives autour de la « neutralité » des magasins d’applications

Forte concentration des revenus sur un petit nombre de développeurs d’applis mobiles

L’économie des applications mobiles représente 1,8 million d’emplois en Europe

Mobiles et économie : 102 milliards d'applications téléchargées en 2013

Près de 500 000 emplois créés aux États-Unis, autour des applications mobiles

L'écosystème européen du mobile représente 174 milliards d'euros de revenus et 1,7 million d'emplois

Combien de développeurs mobiles dans le monde ?

Débats et initiatives autour de la « neutralité » des magasins d’applications

Protection de la vie privée et mobile : échec de l’autorégulation aux États-Unis… et perspectives d’évolutions « post Snowden »

De nouvelles inquiétudes liées au ciblage sur les différents terminaux mobiles

États-Unis : de nouvelles règles pour protéger les données personnelles des enfants sur les mobiles

La FTC va enquêter sur les pratiques tarifaires de l’App Store vis-à-vis des enfants

États-Unis : de nouvelles règles pour protéger les données personnelles des enfants sur les mobiles