TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Technologie et Innovations - Actualités

Retour sur les objets connectés développés en France

Jeudi 24 octobre 2013 - Catégorie(s) : Technologie et Innovations.


Les objets connectés sont désormais l’une des priorités de la Nouvelle France Industrielle mis en place par le gouvernement. L’animation du plan «Objets connectés» a été confiée à Éric Carreel, 54 ans, fondateur d’Inventel (boîtiers triple play), Sculpteo (service d'impression 3D personnalisée), Invoxia (téléphones IP) et Withings (objets communicants liés à la santé et au bien être)

Retour sur les initiatives et les annonces les plus récentes des acteurs de ce secteur industriel stratégique :

• Spécialisée dans les produits de connectivité pour les téléviseurs, PC, tablettes et smartphones, la société Awox s’attaque désormais au marché de l’éclairage avec une ampoule associant lumière et son. Dotée d’une enceinte et d’une connexion Bluetooth, cette ampoule Baptisée StriimLight permet de transformer n’importe quel point lumineux en source audio sans aucun câble. Awox œuvre à la transformation des objets usuels en appareils connectés pilotables à distance en s’appuyant sur le AwoX standard DLNA (Digital Living Network Alliance). La société emploie au total une cinquantaine de personnes qui se répartissent entre les différents centres de Montpellier (30 emplois), Palo Alto, Shentzen, Singapour et Taïwan. 

• La société française Netatmo qui avait déjà conçu une station météo personnelle connectée a mis au point un thermostat que l’on pourra piloter aussi piloter depuis un smartphone ou une tablette. Ce nouvel objet connecté dessiné par Philippe Starck, ne dispose d’aucun bouton visible mais est équipé d’un petit écran, dont les chiffres suivent la rotation de l’objet grâce à un accéléromètre intégré. 

• La start-up franco-américaine Cloud Guys Corp a recueilli cet été 1,2 million de $ pour financer l’industrialisation de Lima (ex-Plug) : un adaptateur qui unifie la mémoire de plusieurs appareils : (téléphones, tablettes, ordinateurs) et permet de contourner les systèmes de stockage en cloud existants. (Source : Kickstarter)

ISKN (une start-up grenobloise fondée en 2013 par une équipe pluridisciplinaire issue des laboratoires du CEA-LETI) vient de conclure, avec succès, sa campagne sur Kickstarter. Elle a recueilli 346 127 $ pour produire et distribuer iSketchnote, une couverture tactile pour les tablettes qui permet de numériser croquis et notes. Cette technologie de surface perceptive est, par ailleurs, en cours d’intégration dans de nombreux nouveaux produits : animation 3D, plateau de jeu, tableau blanc… 

• Le fabricant d’appareils électroménagers Terraillon a conçu quatre objets connectés : la balance Web Coach POP 2.0, un podomètre et deux tensiomètres. Les deux modèles de tensiomètres (Tensio et TensioScreen) disposent d'un large écran LCD pour l'affichage de la tension artérielle et du rythme cardiaque. Les informations de mesures se synchronisent directement avec un smartphone ou une tablette en Bluetooth, à l'aide d’une application My Terraillon, qui donne accès à un historique des mesures, et la possibilité de partager les résultats sur les réseaux sociaux ou par mail. Le podomètre Activit-T donne des indications sur le nombre de pas effectués, la distance, la durée des parcours et les calories brûlées. Le pèse-personne Web Coach POP 2.0 mesure à l'aide d'un impédancemètre intégré le poids, l'Indice de masse corporelle (IMC) et la catégorie dans laquelle l'utilisateur est situé (sous-poids, normal, surpoids, obèse), la masse graisseuse, la masse musculaire, et la masse hydrique.

• Le groupe SEB, de son côté, est engagé dans le programme de recherche Open Food System, qui vise le développement des solutions de cuisine numérique pour le grand public. Ce programme associe 25 partenaires industriels et scientifiques et dispose d’un budget global de 21 M€. Le groupe a investi, via son fonds d’investissement SEB Alliance, dans la start-up grenobloise Ethera, qui développe des solutions de maitrise de la pollution de l’air intérieur. Il avait lancé en début d’année un challenge étudiant sur le thème du Foyer Connecté. Ce concours proposait aux étudiants d’imaginer un concept d’objet ou d’appareil connecté innovant en termes d’usage et de technologie, autour des 3 thèmes suivants : la santé, la cuisine et l’accompagnement aux personnes âgées. Parmi les projets retenus figurent une balance de cuisine intelligente, un dispositif de surveillance diététique, un batteur mixeur électrique connecté et un assistant personnel de prise de médicament

• La société Withings (à l’origine de la première balance connectée et d’un tensiomètre connecté) a lancé il y a quelques mois Pulse, un actimètre qui analyse l’activité, le rythme cardiaque, les calories brûlées et le sommeil. Ce « traqueur d’activité » (tracker) combine un bracelet, un écran Oled pour naviguer dans l’historique des données et un capteur optique pour le rythme cardiaque. L’application associée «compagnon» permet de visualiser sur la durée quatre parametres : l’activité, le rythme cardiaque, le sommeil, et le poids.
 

• La société Sculptéo (qui propose depuis plus d'un an une application iPhone qui permet de créer sa propre coque et de l’imprimer à la demande en 3D à bas coût) a conclu un partenariat avec Orange. Sculptéo serait aussi sur le point de conclure un accord avec la Poste pour la mise en place d’un service d’impression 3D à la demande. Une fois les agences postales équipées d’une imprimante 3D, particuliers, PME et start-ups pourraient alors se rendre dans leur bureau de poste local pour imprimer à la demande des maquettes, des prototypes ou des pièces de rechange.

• La société Sunpartner Technologies (à l’origine de Wysips, une surface photovoltaïque qui transforme n’importe quel support en une surface productrice d’électricité) a conclu un accord avec le géant mondial 3M pur la mise au point d’un chargeur solaire transparent. 
Ce composant ultrafin et transparent sera capable de charger un équipement électronique lorsqu’il est utilisé ou exposé à la lumière, solaire ou artificielle 
 

• La société Joshfire vient de développer, avec l’agence BETC et pour le compte d’Evian, un mini-boîtier qui permet de commander les bouteilles d’eau. En forme de goutte d’eau, doté d’un écran LED, cet objet connecté permet de sélectionner la taille et la quantité de bouteilles ainsi que la date et le créneau horaire pour la livraison.

• En juin prochain devrait être mise sur le marché la première génération de textiles intelligents développée par la société CityzenSciences (projet Smart Sensing). Destinés aux sportifs, amateurs et professionnels, ces vêtements incorporeront des micro-capteurs pour recueillir des données sur le déplacement, la vitesse, la localisation et le rythme cardiaque. Ces vêtements sont composés de trois couches, les capteurs étant pris en sandwich entre deux couches textiles. Ces capteurs devraient permettre de remplacer plusieurs types d’objets connectés : ceintures cardiofréquencemètre, montres GPS, les podomètres ou bracelets de monitoring. Le consortium Smart Sensing reunit CityZenSciences, des industriels (Payen et Eolane), un distributeur spécialisé (Cyclelab), l’Institut Mines-Télécom (Télécom Bretagne) ainsi que l’École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI) et le CEA-LETI.


Voir aussi :

Les technologies mobiles et les objets connectés au cœur de la «nouvelle France Industrielle»

Dossier : Les smartphones au cœur des nouveaux objets connectés janvier 2012

Les objets connectés, avenir de l’industrie française ?

Dossier : Les objets connectés au service du sport

Les start-ups françaises se dirigent vers le crowdfunding pour développer des objets connectés