TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Santé - Actualités

Sport et santé : des textiles intelligents aux vêtements connectés

Mardi 29 octobre 2013 - Catégorie(s) : Santé.

 

Santé et sport figurent désormais parmi les champs d’application privilégiés des textiles intelligents. Les concepteurs de ces textiles mettent l’accent sur l’intégration « sans couture » du tissu et des capteurs, des câbles, microcontrôleurs ou actionneurs. Les composants qui se mêlent au tissu peuvent être tissés, collés, encapsulés, imprimés ou encore composés de particules conductrices. La tendance mise en œuvre par les concepteurs de ces tissus intelligents est d’intégrer des fonctionnalités de connectivité au plus près de l’usager. 

Le projet Hexoskin vient ainsi de recueillir 165 000 dollars sur la plateforme de financement collaboratif IndieGogo. Ce projet conçu par la société canadienne Carré Technologies vise à fabriquer la première série industrielle d’un débardeur « connecté » destiné aux sportifs. Les capteurs intégrés permettent de mesurer les rythmes cardiaques et pulmonaires, la variabilité de la fréquence cardiaque, la capacité de récupération cardiaque, la fréquence et le volume respiratoires, le nombre de pas (cadence et foulée) ainsi que niveau d’activité et les calories brûlées (Source : IndieGogo). Les données collectées sont accessibles depuis un tableau de bord web et une application mobile. Le textile Hexoskin est déjà utilisé par l’agence spatiale canadienne, le fabricant de vêtements de sport Bodyhype et des sociétés spécialisées dans la santé connectée. (Source : WebdesObjets).

En France, c’est en juin 2014 que devrait être mise sur le marché la première génération de textiles intelligents développée par la société CityzenSciences dans le cadre du projet Smart Sensing. Destinés aux sportifs amateurs et professionnels, ces vêtements incorporeront des microcapteurs pour recueillir des données sur le déplacement, la vitesse, la localisation et le rythme cardiaque. Ces tissus seront composés de trois couches, les capteurs étant intégrés entre deux couches textiles. Ces capteurs ont pour objectif de remplacer des objets connectés comme les ceintures cardiofréquencemètre, les montres GPS, les podomètres ou les bracelets de monitoring. Le consortium Smart Sensing réunit CityZenSciences, des industriels (Payen et Eolane), un distributeur spécialisé (Cyclelab), l’Institut Mines-Télécom (Télécom Bretagne) ainsi que l’École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI) et le CEA-LETI.
 

Sur le même principe, les vêtements intelligents de la société canadienne OMSignal intègrent des capteurs qui permettent de mesurer des paramètres comme le pouls, la respiration, l’humidité et la température de la peau et la température extérieures, le nombre de pas effectués et l’activité physique. À partir de ces données, le tissu détermine ainsi les calories brûlées par le porteur, ainsi que son état émotionnel. (Source : Connected-Objects).
 

Les textiles intelligents font aussi l’objet de plusieurs programmes européens.

• Le projet européen EASY-IMP (Développement collaboratif de produits portatifs et intelligents dans le cloud) a été lancé à la mi-septembre au Centre allemand de recherche sur l'intelligence artificielle (DFKI - Rhénanie-Palatinat). Financé sur trois ans à hauteur de 4,4 millions d'euros, ce projet met en place une équipe interdisciplinaire d'experts dans les domaines des capteurs, de la programmation, de la biomécanique, de la rééducation et du sport (notamment l'Université Lumière Lyon 2 pour la partie française).

• Le projet SimpleSkin  a été lancé en juillet 2013. Financé par l'Union Européenne à hauteur d'environ 2 millions d'euros à travers le 7e Programme-cadre pour la recherche et le développement (PCRD). SimpleSkin a pour objectif de séparer le textile intelligent, la plate-forme matérielle de traitement de l'information et le logiciel par des interfaces spécifiques. Le programme pourrait déboucher sur la conception d’un tissu spécifique et d'un réseau de capteurs intégrés qui suivraient les signes vitaux de l'utilisateur et les communiqueraient à un smartphone. Les paramètres seraient évalués et visualisés sur une application mobile dédiée. 

Les textiles techniques et intelligents sont aussi l’une des priorités de la Nouvelle France Industrielle mise en place par le gouvernement.

 

 

Voir aussi :

Dossier: Les objets connectés au service du sport

Surveillance sur mobile de la santé des sportifs professionnels aux États-Unis 

Un casque pour surveiller les fonctions cardio-vasculaires des cyclistes 

Le sport s’ouvre aux objets connectés

Réalité augmentée et nouveaux objets connectés

Internet des objets : 15 milliards de « choses » connectées en 2013, 80 en 2020