TwitterFil Twitter

Un incubateur fédéral pour accélérer le développement des applications mobiles dédiées aux citoyens US
http://t.co/5Wgzo17JWB
#mGov #mCTO

Un assistant virtuel pour connecter les applications mobiles entre elles
http://t.co/Vpoy4kQCFm
#UX #MobileInterface #Her

Lancement d’une consultation européenne sur la santé mobile
http://t.co/cOaTy2e1Q1
#IoT #mSanté #QuantifiedSelf

Lancement du "Trophée des Objets Connectés"
http://t.co/NVxABGdimc
#IoT

Vers un "système d’exploitation" pour la maison connectée
http://t.co/stLUelkxuR
#IoT

Les données des smartphones vulnérables aux drones
http://t.co/ggrGDgbJ2k
#mSécurité #PostPrism

Santé - Actualités

Une application pour identifier les médicaments par la forme et la couleur

Jeudi 15 novembre 2012 - Catégorie(s) : Santé.


Les médicaments disponibles sur ordonnance n’utilisent qu’une palette limitée de couleurs et de formes. Pour éviter d’éventuelles confusions dans l’administration de médicaments, notamment en milieu hospitalier, des sites comme Drugs.com ou WebMD proposent des outils pour distinguer les médicaments entre eux : il est nécessaire de décrire le comprimé pharmaceutique, ou de cocher des cases, ce qui rend fastidieux l’usage de ce type d’application. Une équipe américaine des Instituts Nationaux de santé américains (NIH) a mis au point une application qui permet d’identifier un comprimé pharmaceutique à partir d’une photo prise par le smartphone. L’application identifie en moins d’une seconde avec une précision de 91 % le médicament en fonction de sa forme, de son format et de sa couleur. Le système a été testé sur les images des 568 médicaments les plus prescrits, photographiés sous des angles et des éclairages différents (Source: New Scientist).



Voir aussi :

Notification sur mobile des effets indésirables des médicaments

Effets indésirables des médicaments : le mobile comme outil de «crowdsourcing» (suite)

Signalement des effets indésirables des médicaments : le mobile comme outil de «crowdsourcing»

Généralisation de l’usage du smartphone chez les médecins