TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Technologie et Innovations - Actualités

Vers la 5G

Jeudi 2 janvier 2014 - Catégorie(s) : Technologie et Innovations.


L’appellation 5G désigne la 5e génération de standards de communication pour la téléphonie mobile. Ces accès sans fil à très haut débit pourraient voir le jour en Europe vers 2020. Au travers de la 5G, les opérateurs anticipent l’explosion des usages mobiles. À fin 2019, il devrait y avoir dix fois plus de trafic de données qu'aujourd'hui dans les pays développés sur les terminaux mobiles, mais aussi au travers des 50 milliards d'objets connectés présents dans l’environnement des utilisateurs.

Selon la société Ericsson, le nombre d'utilisateurs de "smartphones" dans le monde devrait presque quadrupler d'ici 2018. Le nombre d'abonnements souscrits par des possesseurs de "smartphones" pourrait atteindre 4,5 milliards d'ici 2018, contre 1,2 milliard en 2012. Le trafic mondial, en termes d'échanges de données sur les réseaux mobiles, devrait de son côté être multiplié par 12 d'ici 2018. Il sera surtout lié à l'usage intensif de la vidéo, dont la croissance annuelle sera d'environ 60 % au cours des cinq prochaines années

Les objets connectés destinés au contrôle des réseaux électriques, à la surveillance des domiciles, à la médecine connectée, vont se multiplier, augmentant eux aussi les besoins de transmission de données mobiles.

Les opérateurs devront ainsi pouvoir répondre aux attentes de secteurs comme la santé (pour la transmission de dossiers médicaux ou encore la surveillance de patients à domicile), l'éducation ou encore les transports.

La 5G devrait ainsi supporter un volume mille fois supérieur de données mobiles et connecter de dix à 100 fois plus de terminaux qu’aujourd’hui pour répondre notamment aux besoins de l'internet des objets. Les débits devraient croître de 10 à 100 fois, de l’ordre d’un gigaseconde voire plus, contre au plus 150 mégabits par seconde à l’heure actuelle.

En mai 2013, Samsung a testé pour la première fois les technologies de sa future offre de réseau 5G, annoncée pour 2020, avec des débits de données de 1 Gbps et pouvant aller dans le futur jusqu'à 10 Gbps. La firme chinoise Huawei, pour sa part, envisage d’investir 600 millions de dollars dans la R&D autour de la 5G.

La Commission européenne a annoncé en mars 2013 son soutien à six projets liés à la 5G pour un montant total de 50 millions d'euros. Ces projets devraient se concrétiser à l'horizon 2020.la commissaire européenne Neelie Kroes souhaite « ramener l'Europe dans le peloton de tête de l'industrie mondiale de la téléphonie mobile ».

Parmi ces projets, METIS 5G devrait recevoir à lui seul 16 millions d'euros.  Dans le cadre de Metis 5G, l’Université de technologie Chalmers en Suède testera prochainement des antennes de réseau sans fil de faible puissance afin de densifier le réseau cellulaire. Ces antennes peuvent être placées par exemple sur des lampadaires, les façades ou bien même les roues des véhicules. Avec l'ajout de petites antennes réseaux, le transfert de données à partir de grandes stations deviendra plus efficace. 

L'avantage d'un tel système est d'augmenter la vitesse de transfert de données entre les grandes stations et les antennes réceptrices. De plus, le fait d'avoir des antennes relais allonge la durée de vie des batteries téléphoniques car la distance parcourue par les ondes est moindre. Enfin, le fait de placer des antennes de réseau sur des véhicules peut offrir une plus grande flexibilité et densifier le réseau, ce qui pourrait résoudre le problème des zones dépourvues de réseau. En développant ce type d'antennes réseaux, les chercheurs envisagent également de réduire l'intensité des ondes électromagnétiques.

Le projet METIS est soutenu par des opérateurs européens et non-européens (France Télécom-Orange, Deutsche Telekom, Telefonica, Telecom Italia, NTT Docomo,), des universités et instituts de recherche publics (dont Institut Mines-Telecom et les instituts Fraunhofer) et des industriels (Huawei, Alcatel-Lucent ou Ericsson, BMW). (Source : Ambassade de France en Suède/Adit).

 

Voir aussi :

Vers un réseau de téléphonie mobile décentralisé

4,5 milliards de smartphones d'ici 2018

15 % du trafic Internet mondial passe par les mobiles

Les ventes mondiales de tablettes dépasseront celles des PC en 2013

4 milliards de personnes équipées de téléphones mobiles en 2018

Les terminaux mobiles représentent la moitié des ventes d’électronique grand public dans le monde

Le trafic mondial de données sur mobiles a doublé en un an 

Un moteur de recherche spécialisé dans les objets connectés

Internet des objets : 15 milliards de «choses» connectées en 2013, 80 en 2020

Internet des objets : une technologie pour sélectionner les données issues de capteurs environnementaux

De nouveaux identifiants uniques pour les objets mobiles connectés

Développer l’Internet des Objets avec des étiquettes RFID à coût réduit

Un réseau «Ultra bas débit» et économique pour connecter les objets