TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Technologie et Innovations - Actualités

Vers une guerre de standards autour de l’Internet des objets

Jeudi 17 juillet 2014 - Catégorie(s) : Technologie et Innovations.


L’univers des objets connectés reste aujourd’hui fragmenté : le pilotage de chacun des objets présents dans l’environnement des usagers repose le plus souvent sur des applications séparées ou des systèmes d’interconnexion propriétaires. L’interconnexion des PC, smartphones, tablettes, appareils portables (montres, bracelets…) et des équipements industriels, ce qui constitue le principe même d’un « Internet des Objets », requiert la mise au point de passerelles et de standards acceptés par tous les acteurs impliqués. Cette quête d’une interopérabilité généralisée, se heurte pour l’instant aux intérêts stratégiques de quelques acteurs-clés, comme Intel, Qualcomm, Apple et Google.


La société Qualcomm avait entrepris, en décembre 2013, de rassembler au sein d’un consortium baptisé AllSeen Alliance les industriels de l’électronique grand public parmi lesquels Cisco, D-Link, Haier, LG Electronics, LG, Panasonic, Connected Experiences, Sharp, Silicon Image, Technicolor et TP-Link. Le projet de Qualcomm était de développer une plateforme logicielle open source qui devait permettre de connecter à peu près n'importe quel objet à l’Internet : appareils électroménagers, voitures, terminaux mobiles et ordinateurs. Le groupement AllSeen Alliance, collabore avec la Fondation Linux pour assurer l’interopérabilité et l’ouverture des solutions qui seront proposées. Il regroupe plus de 50 sociétés et vient d’être rejoint par Microsoft.

La société Intel, de son côté, a fédéré les sociétés Atmel, Broadcom, Dell, Samsung et Wind River) au sein de l’Open Interconnect Consortium (OIC). Ce consortium se donne l’objectif de spécifier une plateforme logicielle de communication pour les objets connectés par liaison radio, d’en livrer une implémentation open source et de mettre en place un programme de certification ad hoc. Il cible dans un premier temps le marché de la maison et du bureau « intelligents », mais pourrait viser, dans une seconde étape les secteurs de l’automobile et de la santé.

Samsung, Nest (filiale de Google) et le fabricant de processeurs ARM, pour leur part, travaillent conjointement au développement d’un nouveau protocole de communication, baptisé Thread, qui concurrence le Wi-fi, le ZigBee et Bluetooth 4.0. Thread vise à réduire au maximum la consommation, d’énergie, de nombreux objets n’ayant pas vocation à être raccordés au secteur. Thread est déjà employé au sein des thermostats et des détecteurs de fumée connectés commercialisés par la société Nest. Google entend ainsi promouvoir le protocole développé par Nest face aux solutions portées par Apple.

Dans un domaine proche, les sociétés AT&T, Cisco, General Electric, IBM et Intel s’étaient regroupées en mars 2014 au sein d’un consortium qui vise à élaborer les standards de l’Internet des objets. Ce consortium, baptisé Industrial Internet Consortium, travaillera à la mise au point de standards permettant de relier les capteurs aux objets et les objets aux systèmes informatiques traditionnels. Les standards porteraient à la fois sur le volet logiciel (pour faire communiquer les objets entre eux à partir de protocoles communs) et sur le matériel, avec la standardisation des niveaux d’alimentation électrique des objets connectés.

Pour le New York Times, la compétition qui se dessine entre l’Alliance AllSeen (conduite par Qualcomm, dominant dans les smartphones) et l’Open Interconnect Consortium (conduite par Intel dominant dans les PC) risque d’aboutir a des standards concurrents. 


Voir aussi :

Les grands acteurs du numérique investissent la « maison connectée »

Les grands acteurs du numérique investissent la santé mobile

Maison connectée : un demi-milliard de dispositifs déployés d’ici 2018

Un système d’exploitation open source pour l’Internet des objets

Une plateforme open source pour la maison connectée

Un logiciel Open Source conçu par Microsoft pour connecter les objets domestiques

Une plateforme open source pour l'Internet des objets

Puces, pastilles et balises : localiser et rendre communicants les objets quotidiens

Une plateforme open source pour la maison connectée