TwitterFil Twitter

La nouvelle version d' #UnivMobile l’appli officielle des universités de Paris et d’IDF est sur #ProximaMobile
https://t.co/VxTqJOjjQY
#mEdu

Félicitations à l’astronaute Thomas Pesquet qui se rapproche de l’ #ISS: sa mission s’appellera PROXIMA ;) via
https://t.co/gjIZqDJXl7

Big Data et exploitation des données mobiles au service du développement
http://t.co/AY6PqdpYVP
#mSciences #mData

Sciences participatives: des applis mobiles collaboratives pour l’observation et le suivi des oiseaux
http://t.co/zTjakSVFTQ
#MobileDurable

Santé - Actualités

Vers une typologie des 13 600 applications de m-Santé

Lundi 30 juillet 2012 - Catégorie(s) : Santé.


Le site MobilehealthNews a recensé, en avril dernier les 13 600 applications mobiles destinées au grand public dans le domaine de la santé ou du bien-être. Ce chiffre représente 3 % de l’ensemble des applications actuellement disponibles. 16,2% d’entre elles concernaient la surveillance des pathologies cardiaques, 14% le suivi des régimes alimentaires, 10,4% la gestion du stress, 5,4% la santé mentale et 2 % le sevrage tabagique. Il est à noter que l’on observe une tendance à la baisse de leur prix moyen : il serait passé de 2,34 $ en juillet 2010 à 2,05 $ en Avril 2012.
Pour les patients comme pour les professionnels de santé, il est souvent difficile d’apprécier l’intérêt ou l’efficacité de ces applications. Face à une offre devenue pléthorique, les revues médicales et les sites professionnels s’attachent désormais à évaluer ces applications. Le portail de santé nord-américain Happtique a ainsi entrepris d’élaborer une grille d’évaluation des applications médicales en vue de les certifier. 


Selon MobilehealthNews, deux approches pourraient devenir complémentaires dans l’évaluation de ces applications. La première approche traditionnelle dite « verticale » correspond à l’étude systématique des applications par l’autorité de santé, suivi d’une phase de certification qui aboutit potentiellement à un agrément. La seconde approche liée aux communautés de patients et aux réseaux sociaux pourrait jouer un rôle clé pour identifier et faire émerger les applications qui seraient jugées les plus utiles ou les plus ergonomiques (Source : MobilehealthNews)


Voir aussi :

Des recherches pour évaluer les applications mobiles de santé

Généralisation de l’usage du smartphone chez les médecins

De nouveaux capteurs médicaux intégrés ou connectés aux smartphones

Le ministre de la santé britannique incite médecins et patients à utiliser des applications mobiles

Réduire les délais d’intervention lors d'accidents cardiaques

Une application pour détecter les risques de maladies cardiaques

Vers un cadre de confiance pour la mSanté

Tendances clés pour applications et services de santé mobiles en 2012